[ Page précédente ]

pistolet mitrailleur  "SCHMEISSER MP 40"

En dépit du succès remporté par la Bergmann au cours des derniers mois de la Grande Guerre, l'armée allemande des années trente — ou du moins une fraction importante — paraît l'avoir regardée comme une arme destinée en premier lieu à la police. Elle avait peut-être eu sa place dans les tranchées, mais elle n'en avait pas dans le type de guerre qui se préparait. En 1938, toutefois, peut-être à la suite des enseignements d'Espagne, des ordres furent donnés à la firme Erma afin de concevoir et de fabriquer une mitraillette fiable et facile à construire, destinée principalement aux troupes blindées et aéroportées. Les affaires furent menées rondement et, la même année, la nouvelle arme sortit sous la désignation MP 38, première arme de ce type à être adoptée par l'armée allemande depuis 1918. Tout comme ses successeurs immédiats, elle devait se montrer l'une des mitraillettes les plus populaires et les mieux connues de la deuxième guerre mondiale. C'était la première arme de ce type faite de métal et de plastique, sans aucun re-cours au bois. La lourde crosse de bois et le corps soigneusement usiné de la Bergmann avaient disparu et, à leur place, figuraient une crosse de métal tubulaire repliable et, comme carcasse, un tube d'acier évidé afin d'en réduire le poids. Caractéristique bizarre, une protubérance sous le canon, près de la bouche, avait pour but de permettre l'emploi de l'arme à traver l'embrasure d'un véhicule blindé sans risquer qu'une embardée imprévue la rejette à l'intérieur alors qu'elle tirait encore. Bien qu'excellente, la MP 38 était de construction relativement lente et chère. aussi, dès que les premiers combats de la deuxième guerre mondiale eurent montré l'intérêt de cette sorte d'arme, des mesures furent prises afin de produire une mitraillette semblable en grandes quantités. Ceci conduisit au modèle des pages 102-103, qui, bien que similaire en apparence au premier, résultait d'une utilisation encore plus intensive du pressage, de la soudure et du brasage. La modification la plus importante était peut-être la sûreté. car on avait remarqué (comme pour la Sten) qu'une secousse assez brusque suffisait parfois à rejeter la culasse mobile vers l'arrière et à percuter une cartouche. Un certain nombre de modèles 38 furent également modifiés dans ce sens. La plupart des MP 40 ultérieures avaient le logement du chargeur garni extérieurement de stries horizontales. Un petit nombre seulement, comme celle ci-dessus, en étaient dépourvues. Un modèle postérieur fut muni d'un double chargeur pouvant être introduit dans un couloir d'alimentation coulissant. Assez curieusement, le fameux Hugo Schmeisser ne participa pas à la conception de la MP 38 (bien que son usine eût fabriqué la MP 40). Néanmoins, son nom y demeura attaché, et l'arme devint l'une des plus re-nommées de la deuxième guerre mondiale. Certaines furent mêmes employées par des soldats alliés de préférence à leur propre mitraillette. Plus d'un million d'exemplaires en furent fabriqués jusqu'en 1945.



CARACTERISTIQUES :

Longueur: 833 mm
Poids: 4,024 kg
Canon :251 mm
Calibre: 9 mm
Rayures :6 d
Alimentation : chargeurs 32 cartouches
Cadence de tir: 500 cm
Vitesse initiale :365 ms